Accueil » Blog » Référenceur, tu ne laveras pas ton linge sale en public … ou alors tu le feras discrètement !
Référenceur lavant son linge

Référenceur, tu ne laveras pas ton linge sale en public … ou alors tu le feras discrètement !

publié le 03 février dans Entreprise - 7 commentaires

Ce billet aurait pu s’intituler tu paieras ton dût à ton référenceur, mais j’ai préféré l’aborder du point de vue du référenceur, car je serai peut-être un jour dans la même situation.

L’histoire

Ceux d’entre vous qui sont abonnés aux alertes Google sur le mot clé « référencement » ont peut-être vu passer la dispute dont je parle.

N’étant pas familier avec tous les détails de cette histoire, je préfère ne pas donner d’informations qui pourraient identifier les parties impliquées.

Je base mon résumé ci-dessous sur les faits relatés dans le billet du référenceur.

Tout indique une dispute des plus commune :

  1. Une entreprise (intermédiaire) empoie un référenceur freelance pour une mission ponctuelle ;
  2. Le référenceur remplit la mission ;
  3. Des problèmes de paiement interviennent à un moment ou à un autre, sans résolution ;
  4. Le référenceur décide de se venger publiquement, en positionnant une ou plusieurs pages contenant des termes négatifs, sur les requêtes relatives au nom de l’entreprise.

Ce n’est surement pas la première, ni la dernière fois qu’une personne qui se sent lésée agira de la sorte, et je peux tout à fait comprendre la démarche. Par contre, le référenceur en question utilise son propre site pour publier son mécontentement, et c’est là où mon point de vue diffère.

Mais voyons tout d’abord les solutions « pacifistes ».

Comment se faire payer ses factures, sans en venir aux mains

Avant d’avoir recours à des actions drastiques demandant un investissement supplémentaire de temps essayez, par tous les moyens, d’éviter le « conflit ouvert » :

  • demandez, comme acompte, un paiement au moins égal à la moitié du coût total de la mission ;
  • instaurez, dès le départ, des échéances de paiement pour les 50% restants ;
  • téléphonez à votre client le jour de ces échéances pour lui rappeler de payer.

Si jamais des retards interviennent néanmoins :

  • relancez par téléphone, email ou IM et gardez une trace de tous vos échanges écrits ;
  • envoyez un courrier recommandé avec demande de règlement.

L’OEC de Paris offre un excellent PDF détaillant toutes les étapes de la procédure : améliorer le recouvrement de vos factures [pdf – 76Kb]

Contacter le gérant, s’il n’était pas déjà votre interlocuteur

Si le problème persiste, essayez d’entrer en contact direct avec le gérant de la société. Utilisez le site internet de cette dernière pour trouver son nom et son numéro direct ou adresse email.

En cas d’échec, tentez votre chance auprès des sites qui publient les statuts des sociétés, comme par exemple www.infogreffe.fr.

Connaissant le pouvoir de Google, utilisez le moteur pour trouver les profils qu’il pourrait avoir sur les sites de réseaux sociaux :

  • est-il actif sur les sites de micro blogging : Twitter, identi.ca …
  • a-t-il un profil social professionnel : xing, viadeo, …

On évitera de tomber dans le harcèlement en n’utilisant pas les profils personnels (Facebook, Copains d’Avant, etc.).

Vous ne parvenez toujours pas à vous faire payer

Je vois alors trois options :

  1. abandonnez vos démarches, car le montant impayé ne justifie pas la poursuite de votre action ;
  2. commencez une procédure d’injonction de payer (si vous ne voulez pas totalement froisser le client ou si l’option 3 ci-dessous demande trop de travail) ;
  3. utilisez vos connaissances en référencement naturel pour rendre votre mécontentement aussi public que possible en impliquant la société concernée (différent degrés de vengeance existe alors).

Évaluez bien l’investissement en temps et/ou en argent nécessaire pour les options 2 et 3 et confrontez-les aux impayés. N’oubliez pas que plus la compagnie est active sur les réseaux sociaux, plus l’option 3 sera difficile.

Si, après maintes réflexions – à tête reposée – vous pensez toujours que le mauvais payeur mérite une bonne leçon plutôt qu’une intervention de l’administration française, je vous invite à vous abonner au blog pour ne pas rater la publication de la seconde partie de cet article (prévue la semaine prochaine). J’y aborderais, en partie, SERPs domination (la domination des pages de résultats).

Abonnez-vous au blog

  • Envoyer
  • Digg
  • Del.icio.us
  • Stumble Upon
  • Facebook

{ 7 commentaires… lisez-les ci-dessous ou ajoutez-en un }

acouphene février 4, 2010 à 02:03

Bonsoir ou plutôt bonjour (presque 02h00 du mat’),
marrant ton billet, car ce sont justement (entre autre) ces impayés ou encore retards de paiement qui ont eu la peau ce mois-ci de la toute petite web agency dans laquelle je bossais.

Je peux comprendre l’agacement du prestataire (sans l’encourager bien sûr), surtout lorsqu’on se retrouve avec des délais de paiement à 60 voire 90 jours (même si une loi l’interdit depuis 2009 si je ne m’abuse).
Les mauvais payeurs ne sont souvent pas ceux que l’on croit : les sociétés de prestation de services type SSI, les grands comptes ou pire encore, des administrations, clients tant convoités, font, selon moi et de ma propre expérience, partie des plus mauvais payeurs.

Les procédures d’escalades de recouvrement pour une jeune et petite web agency, sont longues et coûteuses .. et donc décourageantes.

Alors, bien souvent on prend l’option 1, mais au final, on se fait plaisir avec l’option 3, un petit relooking des meta et du robot.txt ont une efficacité prouvée de moins d’une semaine :-).

Bref je ne fais pas avancer le schmilblick, mais ça va mieux en le disant !

Répondre

propulsr février 4, 2010 à 10:32

Désolé d’apprendre que ta boite a fermé à cause des mauvais payeurs. Maintenant que tu en parles, l’article l’échec d’Aymeric me revient en tête.

Je suis tout a fait d’accord avec toi sur les « usual suspect », et en particulier sur les administrations.
C’est bien simple, dans une boite pour laquelle je bossais, on doublait systématiquement le devis pour les administrations afin d’être payé la totalité du coup du projet en « acompte »…

Re les procédures, je dois avouer avoir fait quelques recherches car l’administration française n’est pas mon domaine d’expertise. En Angleterre, par exemple, il y a un tribunal spécialisé dans ce genre de procédure pour les montants allant jusqu’à environ 6000 euros. Tu peux lancer la procédure en ligne et sous 48h la personne reçoit un courrier du tribunal. Il peut se défendre auquel cas la procédure peut trainer mais en général cela suffit. Cout de l’opération 50 euros – payable par l’autre partie en cas d’admission de la faute. Il y a même une calculatrice pour les intérêts de paiement quand tu lance la procédure.

Encore merci d’avoir partagé ton histoire et bonne chance pour la suite.

Répondre

Acouphene février 4, 2010 à 11:06

Bonjour Leo et merci de ta réponse.
Ne sois pas désolé, je crois qu’en 2009 on a battu un record historique en France : + 18% de « défaillances » ou faillites ou liquidations d’entreprises par rapport à 2008, à savoir environ 66 000 fermetures (http://www.daily-bourse.fr/france-les-defaillances-d-entreprises-se-sont-envo-Feed-AFP100121112612.s23sy39o.php).

Je ne suis pas un cas isolé, comme tu peux le lire.
Non ce qui me fait râler vois-tu (après j’arrête), c’est que cette petite web agency avait une éthique de travail exemplaire, comme rarement peuvent se vanter d’autres entreprises du même secteur d’activité.
Pas parfaite bien sûr, mais exemplaire, des artisans du web, du fait main.

L’avantage de ce genre d’expérience, c’est que l’on en tire des enseignements, on identifie les eccueils à éviter à l’avenir : c’est formateur.

PS : au passage, félicitations pour le petit jeu de Sylvain de axe-net, dans la précipitation, je n’avais pas pris la peine de vérifier le noindex : j’ai visiblement encore des progrès à faire :-)

Répondre

propulsr février 4, 2010 à 13:16

Râles, râles ne te gènes pas., je partage tout à fait tes points de vue.

Ton constat à propos du travail ‘bien fait’ et tout ce que cela indique met le doigt sur le corps du problème : aimer son boulot et s’appliquer ne garantie pas la réussite.

Les clients finaux n’y connaissent en général pas grand chose – sinon ils ne viendraient pas nous trouver – et une agence avec un site « salopé » qui offre ses services moins chers, ou qui fabule carrément aura plus de clients que la nôtre.

Et je ne discute même pas des prospects qui parlent de leur neveux / nièces / fils du voisin qui peux faire le même boulot pour pas un rond – ceux-là c’est la porte direct.

Re le jeux sur axe-net, merci :)
A mon avis Sylvain a lancé une mode et je dois avouez n’avoir vu le noindex qu’après avoir copier-coller le code dans DW pour l’analyser correctement … il y avait vraiment trop de foutoir dedans.

Répondre

Weborganique Referencement février 5, 2010 à 20:28

Salut Léo,
Superbe billet que tu nous offres, je ne suis pas au courant de cette histoire et perso je n’ai jamais eu de souci de ce genre et comme tout le monde, j’espère ne jamais en avoir. Tes liens sont très utiles et je garde tout ça de côté.
@acouphene, désolé je ne te suis pas quand tu dis « 60 voire 90 jours même si une loi l’interdit depuis 2009″.
Nul n’est sensé ignoré la loi, bah si moi apparemment, alors peut-tu m’expliquer STP, merci.

Félicitation pour ta promotion Léo, c’est vrai que tu le mérites large pour ton blog, mais surtout pour ta personnalité ;)

Répondre

acouphene février 14, 2010 à 22:39

@Webo: désolé du retard de la réponse, mais je n’ai pas reçu de notification par mail de ton commentaire…
Un peu de lecture sur ce site pour étayer mes propos : http://www.onb-france.com/economica/Les-regles-des-delais-de-paiement.html.

Répondre

Mapics mars 1, 2010 à 14:28

Je ne rencontre jamais de problème de paiement pour la simple et bonne raison que je fait payer avant et que je gère mon propre réseau se qui fait que les clients ne peuvent pas jouer avec moi.
Le seul problème que j’ai eu reste un client trouvé sur codeur qui à voulue tenter le coup lors d’un test, après deux jour de retard ces liens ont été enlevé et il est retourner au point de départ.

Répondre

Laisser un commentaire