Accueil » Blog » Domination des résultats de recherche – Dominer la première page des SERPs
Domnier les résultats

Domination des résultats de recherche – Dominer la première page des SERPs

publié le 12 février dans Black Hat - 12 commentaires

Comme le disait Ben Parker dans le film Spiderman : « With great power comes great responsibility ». Les référenceurs possèdent des pouvoirs qu’ils utilisent souvent à des fins personnelles… mais justifiées.
 

Reprenons l’exemple du refus de paiement rencontré par notre référenceur. Le montant qui lui est dû aura un impact, souvent proportionnel, à la leçon qu’il souhaitera donner au mauvais payeur. Du simple billet relatant les faits (pour les petits montants), à la domination des résultats – en anglais SERPs domination – sur le nom de la compagnie (pour les gros), en passant par le Google Bombing.

Je mentionne le Google Bombing bien qu’il soit inapproprié dans la majorité des cas, car si le mauvais payeur est une TPE ou une PME, son intérêt et sa probabilité de buzzer sont grandement réduit.

It’s payback time : domination de la 1ere page des résultats

On touche bien entendu à un domaine dark-grey hat, ou carrément black hat, le but de cette manœuvre étant de placer un maximum de ses propres pages sur les requêtes liées à la société. Le choix du mot clé est tout trouvé et sera le plus souvent le nom celle-ci. Si elle est très connue ou très active sur internet, la mission devra évidemment être réévaluée afin de déterminer si elle n’est pas trop ardue (le montant impayé en vaut-il la chandelle).

Avertissement : je n’ai encore jamais succombé au côté obscur de la force, les idées ci-dessous ne sont que cela, des idées. Certains d’entre vous en auront surement d’autres ou mieux encore, des cas concrets, partagez-les.

4 règles tout d’abord

Règle n°1 : en aucun cas vous n’utiliserez votre propre site

Si la société répond à votre action en envoyant une injonction à votre hébergeur (pour diffamation par exemple), votre site risque de disparaitre. Même si ce n’est pas le cas, un client potentiel navigant le site a de fortes chances de tomber sur la (ou les) page(s) mettant en avant votre différend et cela ne peut que l’effrayer. L’esprit de la manœuvre étant quelque peu « reprochable », il se peut que subissiez tout simplement une pénalité dans les moteurs, si vous y allez un peu trop fort.

Règle n°2 : n’utilisez pas le nom de votre entreprise dans l’explication de votre différend

Ceci afin d’éviter qu’un client potentiel recherchant votre nom/site ne tombe sur la multitude de pages relatant le désaccord (on parle de domination des SERPs, donc une forte probabilité que certains documents remontent sur des recherches de type « longue traine »). Utilisez aussi une adresse email jetable si vous souhaitez être contacté au travers d’un de ces sites.

Règle n°3 : assurez vos arrières

Soyez certain de pouvoir supporter une contre-offensive en ayant un top 10 solide pour votre nom et le nom de votre propre site/société, dans le cas où votre action susciterait des représailles en ligne.

Règle n°4 : si vous avez réalisé votre mission pour un intermédiaire, n’impliquez pas la société « finale » dans votre vengeance.

Voir le nom de leur client mentionné sur ces pages peut motiver le mauvais payeur à s’acquitter, mais vous risquez une détérioration permanente de votre image auprès de cette seconde compagnie.

Si vous observez ces règles, vous êtes en mesure de procéder avec la suite du plan :créer des sites et obtenir des liens tout en évitant certains pièges.

Les sites nocifs

Les sites utilisés pour cette domination sont, à terme, amenés à disparaître, il est donc important d’économiser sur les frais d’hébergement et d’achat de noms de domaine. Utilisez des sites mis à votre disposition :

  • les blogs hébergés : Blogger, WordPress, Over-blog, Typepad… mais aussi Posterous et Tumblr…
  • les plateformes de micro-blogging : Twitter, Identi.ca, Jaiku, Qaiku…
  • les sites de networking professionnels : Xing, Viadeo, Ecademy…
  • les sites de networking non professionnels : Facebook, FriendFeed…
  • les digg-like, slide share et autres sites de favoris en ligne…

Créez ainsi facilement une trentaine de sites/profils au nom de la société ciblée.

La gratuité de l’opération est un avantage certain. Le second est que vous bénéficiez d’une partie de la notoriété du « site-parent» qui facilite l’indexation. Certains de ces « sites-parents » mettent aussi en avant les derniers messages de leurs membres sur leur page d’accueil (facilitant encore plus le référencement). Mettez à jour régulièrement le contenu de vos sites afin d’apparaitre quotidiennement sur ces pages d’accueil, et « gaver » les robots de contenu unique / quasi-unique (un générateur automatique ou content-spinner peut aider).

L’anonymat lié à ces sites évite de déclencher le filtre – possible – lié à l’information WHOIS. Si le site ciblé est plutôt récent, il n’aura aucune chance face au mastodonte que sont Twitter, identi.ca, tumblr et posterous. Mon mini-blog sur ce dernier était premier sur la requête ‘propulsr’ il y a encore quelques jours malgré l’influx constant de nouveaux liens pointant vers le blog officiel.

Les liens

Indispensables.

À mon avis, « cross-linker » les sites nocifs dans ce cas, et aussi lier le site ciblé, ne pose aucun problème, au contraire, car le profil de liens des sites sociaux est de ce type (hub).

Il faudra aussi obtenir d’autres liens faciles (annuaires, commentaires de blogs, etc…) à un rythme relativement élevé pour maintenir l’impression d’activité constante générée par la mise à jour régulière de contenu. Là aussi plusieurs armes des référenceurs black-hat peuvent aider la tâche (digg-like et blog spam, soumission automatique dans n annuaires, etc…).

Sandbox et autres filtres anti-spam des moteurs

Encore une fois ce n’est que mon avis, mais je pense que les termes peu compétitifs (nom de compagnie peu connue) sont moins soumis aux déclassements possibles liés à l’âge d’un site. Le site-parent aidera de toute façon à éviter cette « mise en boite » s’ils utilisent un sous-dossier pour l’héberger (peut-être moins évident avec des sous-domaines… quoique).

Pour les filtres anti-négativité (une invention de votre hôte?) c’est une autre histoire. Sachez être patient. Personnellement, je ne publierai l’article « assassin » qu’après quelques semaines d’activité. Tous les autres articles contiendront des références aux bisounours ondes positives et celui que vous souhaitez réellement positionner sera un des seuls négatifs. Tant qu’à faire, publiez-en un deuxième plus tard et croisez les doigts. Vous obtiendrez peut-être les résultats en indentation pour vos sites.

Si vous voulez être vraiment sournois, publiez un des deux articles comme une liste de témoignages de clients mécontents, ou une discussion entre professionnels lésés par ladite société.

Sur le long terme

Si les mots-clés ciblés ne sont pas issus d’une vengeance mais d’un positionnement « réfléchi », vous souhaiterez surement que cette avantage de positionnement perdure. Pour que 4-5 sites restent en tête, il vous faudra éviter le plus possible d’avoir recours au contenu automatique et au link-spamming, surtout si les requêtes sont concurrentielles. Au travail !

Abonnez-vous au blog

  • Envoyer
  • Digg
  • Del.icio.us
  • Stumble Upon
  • Facebook

{ 12 commentaires… lisez-les ci-dessous ou ajoutez-en un }

Le positionnement sur Google ;-) (Sylvain) février 12, 2010 à 12:38

Ceci me rappelle la tentative réussie de Jan sur la requête (slogan de Renault) « Changeons de vie, changeons l’automobile » pour laquelle il occupe maintenant la 1ère position des SERPS.

Pour ma part, je me suis aussi laché un jour ou j’ai placé en première position sur son nom, une personne qui m’avait volé des textes et ne répondait pas à mes mails. Bien évidement, les propos que je tenais sur ma page n’était pas des plus agréables pour lui, même si je restais très poli et factuel.
L’effet à été très rapide, et le monsieur m’a contacté en me donnant une fois de plus une excuse bidon, mais en retirant les textes plagiés.

D’une manière générale, mieux vaut ne pas se fâcher avec un référenceur.
Les conseils que tu donnes en parallèle pour se « venger » sont judicieux.

Répondre

propulsr février 23, 2010 à 17:38

Ton exemple est tout a fait pertinent, quel effet t’as fait la vengeance ? Ça fait autant plaisir que de placer plusieurs pages dans le top 10 sur tes mots-clés cibles?

Répondre

Inglourious SEO février 12, 2010 à 12:55

Je m’incruste sur ton billet car j’en parlais récemment ;)
SERP Domination Mythe ou Réalité

Répondre

propulsr février 13, 2010 à 11:22

Ah oui tiens. Je suppose que tu as lu le billet sur le site Blue Hat SEO : http://www.bluehatseo.com/serp-domination/

J’ai optimisé l’ancre de ton lien, mais enlevé le lien profond de ta sig (as per TOS :))

Répondre

actupro février 12, 2010 à 16:21

Avec une autre approche on peut également se servir d’une technique approchante pour essayer de capter un prospect. Parfois avec une simple inscription dans un annuaire (le sien de préférence) ce dernier se retrouve en 1ère position sur une expression favorite du prospect. C’est plus facile avec une expression géolocalisée. C’est un argument parmi d’autres bien sur.

Répondre

propulsr février 23, 2010 à 17:31

J’ai eu un peu de mal à tout comprendre. Parles-tu du positionnement sur la 1ere page des SERPs de plusieurs pages/sites ayant pour but final de renvoyer vers un site unique / principal ?

Répondre

actupro février 23, 2010 à 18:07

désolé avec un peu de retard …
En fait après avoir inscrit le prospect dans mon annuaire, c’est ce dernier qui apparaissait premier lorsque l’on effectuait une recherche sur le nom du prospect. L’argument a été de dire, en gros, « mes sites sont bien référencés et je connais ceux sur lesquels il faut travailler pour faire en sorte que votre site soit bien positionné sur d’autres requetes plus généralistes »

Répondre

propulsr mars 1, 2010 à 10:36

Merci de la précision, c’est très clair maintenant.

Répondre

slc71, séjour scolaire février 23, 2010 à 12:59

Et bien avec un billet comme celui ci tu n’as pas peur de représailles, car lorsque le black hat est abordé il y a souvent des mécontent.
Après tu n’incites pas tu ne fait qu’exposer des possibilités.
Bref les bons comptes font des bons amis :)

Répondre

propulsr février 23, 2010 à 17:34

Comme tu le dis, je ne fais que parler de certaines possibilités, et entre autre du mal que j’ai eu a passer devant le micro-blog de posterous.

Pour être honnête, je ne pense pas que Google sanctionne les billets de ce type, sinon SEO Blackout ou Blue Hat SEO n’auraient pas de trafic issue des moteurs. En plus c’est du gentil ce dont je parle, plutôt grey hat que black ;)

Répondre

Franck février 24, 2010 à 14:09

C’est quand même dommage de devoir en arriver là et même si avoir des sites qui fonctionnent bien dans Google donne un certain pouvoir dont la possibilité de se venger, mieux vaut s’en tenir aux moyens légaux, à mon avis et investir ses efforts dans des projets plus constructifs !

Répondre

propulsr février 25, 2010 à 09:52

Je comprends tout à fait ton point de vue, mais il n’y a rien d’illégal dans cette démarche et elle permet de contourné les problèmes principaux du recours légal qui est long et couteux.

Je ne dis pas que j’encourage cette méthode, mais simplement que les sites de réseaux sociaux la rende beaucoup plus facile.

Répondre

Laisser un commentaire