Accueil » Blog » Est-ce que votre marque bénéficie du traitement de faveur Google

Est-ce que votre marque bénéficie du traitement de faveur Google

publié le 24 août dans E-reputation,Référencement naturel - 18 commentaires

Google a annoncé vendredi dernier qu’ils testaient l’affichage d’un plus grand nombre de résultats appartenant à un seul domaine sur les recherches de type « marques ».

Au lieu de l’habituel 2 résultats maximum par domaine, les utilisateurs de Google en voient maintenant plusieurs du même domaine (jusqu’à 8) sur la première page de résultats. Et avec les « liens de site » (sitelinks) également affichés, cela peut signifier plus de 12 liens sur la première page de Google pour une recherche en rapport avec votre marque.

Aurélien d’Oseox nous en parle d’ailleurs sur son billet Serp domination : La fin des parasites en SEO ?

De nombreux tests sont probablement déjà en cours, mais nous pouvons aussi faire des suppositions quant à ce qui déclenche ces résultats.

Les facteurs pouvant déclencher ces nouveaux résultats

  • Pertinence : comme à l’accoutumée, l’amélioration de la pertinence de ses résultats est la raison qui motive les changements d’algorithme Google. Le terme que nous voyons galvaudé pour ce dernier changement est « intent » (intention [de l’internaute]). Pertinence – et intention – peuvent être mesurées par :
    • Taux de Clics (CTR) : quel est le CTR de votre site sur la recherche de votre « marque » ? Pour un de mes sites qui s’est vu attribuer les 8 résultats sur la 1ere page Google, le CTR est au-dessus de 22% (Outils Google pour Webmasters) et beaucoup plus si l’on considère les infos Google Analytics.
    • Taux de rebond : combien de personnes quittent votre site immédiatement après être arrivée via une recherche de la « marque ». Si elles retournent sur Google, ces derniers peuvent probablement les identifier. Sur le domaine ci-dessus, le taux de rebond tourne autour de 10-12% (le plus bas de tous les domaines citant la marque?).
    • Unicité du nom de domaine nom / de la marque : la marque peut-elle être fortement associée a un site web unique ? Une marque est d’autant plus facilement liée à un site Web si le nom de domaine contient est devenu cette marque. Cela ne fonctionne pas aussi bien pour noms de domaines « mots-clés ».
  • Confiance: un autre mot que l’on voit souvent mentionné quand on parle de facteurs de référencement Google. Quelle est la « confiance » accordée par Google à votre site ? Avez-vous déjà constaté des signes que Google appréciait votre site, via les « liens de site » par exemple? Et pas seulement les « liens de site » lorsque vous effectuez une recherche pour votre domaine, mais aussi pour vos mots clés principaux (si vous vous classez assez haut)
    Si je devais avancer une hypothèse, et c’est exactement ce que je fais ici, les « liens de site » et les nouveaux résultats que nous voyons sont étroitement liés.
  • Concurrence globale sur cette marque : y a-t-il une forte concurrence sur votre marque ? Y a-t-il de nombreux sites qui essaient de se positionner sur ces mots-clés et quels sont les « signaux » qu’ils envoient ? Ont-ils parlé de votre marque en faisant un lien vers votre site ou essayent-ils tout simplement d’acquérir votre trafic ?
  • Texte de l’ancre des liens entrants: élément incontournable de l’algorithme de Google, ces nouveaux résultats tiennent probablement aussi compte de l’ancre de vos liens entrants et du ratio marque / mots-clés (est-il temps de travailler sur la notoriété de votre marque ?).

Comme je le disais ce sont des spéculations, mais ces facteurs sont fortement susceptibles d’avoir un impact sur les nouveaux résultats que nous voyons aujourd’hui.

Ce qui ne devrait pas influencer ces nouveaux résultats :

  • Volume de recherche : j’ai extrapolé les informations Google Analytics et Outils Google pour Webmasters pour trouver le volume de recherche par mois sur notre marque. Celui-ci est inférieur à 1000 par mois, nous pouvons donc supposer que le volume de recherche n’est pas un facteur majeur dans le déclenchement de ces résultats.
  • Adwords : après avoir examiné plusieurs requêtes renvoyant les nouveaux résultats, je n’ai pas pu faire de corrélation entre le fait d’acheter du Adwords sur « la marque » et les nouveaux résultats organiques.
  • Nombre de pages du site : le site ci-dessus contient environ 50 pages, la taille des sites ne semblent donc pas être pris en compte s’ils sont pertinents à la requête.
  • PageRank : le site ci-dessus a un faible PageRank d’une valeur de 1, le PageRank ne semble donc pas non plus être un facteur.

Le mot de la fin

Pour beaucoup de sites testés, les pages affichées semblent correspondent étroitement aux « liens de site » et certains avaient été supprimés via les Outils Google pour Webmasters.

Malgré le fait d’avoir eu « la chance » de voir notre site afficher ces résultats, je ne suis pas certain que cela soit très utile pour l’internaute:

  • les pages affichées semblent correspondre étroitement aux « liens de site »;
  • 7 ou 8 résultats est trop sur une page 10 résultats. 4 serait un nombre plus intéressant pour varier les sources d’information sur la requête;
  • les sites qui obtiennent une mauvaise e-réputation, pourraient ne pas avoir à s’en soucier de trop car ils serait plus facile de pousser les critiques après la 1ere page pour les recherches sur leur marque (qu’ils méritent cette mauvaise réputation ou non).

Je me demande aussi si le type de site (blog / non-blog) et Google Suggest ne jouent pas un rôle dans ce qui ne peut être décrit que comme un changement majeur dans l’algorithme Google pour les recherches liées aux marques.

Avez-vous remarqué d’autres facteurs qui pourraient influencer Google lors du choix des site qui dominent les SERPs sur leur marque ?

Abonnez-vous au blog

  • Envoyer
  • Digg
  • Del.icio.us
  • Stumble Upon
  • Facebook

{ 18 commentaires… lisez-les ci-dessous ou ajoutez-en un }

Le juge août 24, 2010 à 16:34

tres bon article qui couvre bien la pluspart des leviers possible pour essayer de se positionner. A priori je pense que GG a mis en place cet affichage pour lutter contre l’affiliation du type MFA et les nombreux domaines du type achete-marque.com ou marque-pas-cher.fr.

Ceci dit c’est vrai que quelque part la pertinence en prend un coup (puisque 8/10 sont la marque)

Répondre

baxxx août 24, 2010 à 17:19

Pour une fois je n’ai pas le loisir d’observer le phénomène alors que j’ai des ctr de 50 à 70 % sur l’orthographe de la marque pour laquelle je travaille. Ceci dit, des sites divers et variés du groupe occupent déjà 90 % des 3 premières pages de résultat, ceci explique peut-être cela.

Répondre

@Dwynot août 24, 2010 à 18:40

J’avais promis un article sur ce virage « à la notoriété » mais je vois que je vais me creuser la tête pour trouver qq chose de plus.
Si je trouve, je le ferais sinon, il y a déjà une belle matière à pousser les entreprises à mieux communiquer sur leur marque. Et d’habitude je pousse plus aux produits qu’à la marque.

Bel article.
« Acheter » comme disent les boursiers

David

Répondre

ImagiKa août 24, 2010 à 23:13

En effet un changement « important » ! Après je suis de ton avis sur le fait que ça doit tjs dépendre du référencement naturel, ma première idée c’est que le plus gros emporte la part du gateau s’il surpasse les autres et que, comme tu l’as indiqué, il « correspond » à un certain nombre de critères… A voir donc dans l’avenir ce que cela donne.

Répondre

Sebastien @ artisanat japonais août 25, 2010 à 16:12

Y a-t-il des cas où des noms de site qui comprendraient des mots communs bénéficient de cet avantage ? Ce serait considérables pour eux, car il « trusteraient » des mots du dictionnaire !
Si vous trouvez des exemples, merci des les poster.

Répondre

baxxx août 25, 2010 à 20:30

Apple c’est un nom commun en anglais :)

Répondre

Maxime de l'agence Wype août 25, 2010 à 21:38

@baxxx : C’est bien pour ça que la clé ici, c’est l’intent. Quand on tape « Apple » sur google, il y a beaucoup de chance pour que l’on souhaite voir le site du fabricant américain plutôt que la dernière recette de tarte au pomme.

Répondre

@DWynot août 26, 2010 à 12:10

Sur la requête APPLE, les réponses « fabricant » apparaissent dans les SERP dans tous les pays non anglophones. Dans les pays anglophones, l’ambiguité subsiste et cela doit se traduire dans les SERP.

A propos d’ambiguité anglophone, je signale que nos amis UK se plaignent toujours et depuis longtemps (échanges avec Matt Cutts) de voir des sites US squatter les1eres pages de Google UK devant des sites UK légitimes et pertinents.
Ce qui montre les limites de discernement de Google.

Je laisse la question des kws génériques ouverte.
Avec qqs dizaines de test, je ne voie pas d’envahissement des 1eres pages par des ND avec nom générique. Il faudrait qqs milliers de tests

Répondre

Caroline août 27, 2010 à 16:37

J’ai lu un article sur le même sujet sur un autre blog.
Je trouve que c’est plutôt une bonne nouvelle !!

Répondre

YvanDupuy août 29, 2010 à 22:02

Super article. On constate l’intérêt même pour un blog de travailler sous « marque » plutôt que sous nom commun, comme beaucoup de référenceurs. Toute la difficulté réside aussi dans le fait que le nom de domaine choisit doit pouvoir facilement s’imposer, faire le buzz, et surtout avec une thématique ciblée et avec des mots clés ressortant sur celle-ci.

Ce nouveau critère est apparemment tout récent, il va falloir voir un peu l’impact le temps que ca « rejaillisse »

Yvan,

Répondre

Nicolas Chevallier septembre 5, 2010 à 08:56

J’ai comme un doute: est ce que ce nouveau traitement dans les SERPs serait lié au fait que depuis peu les annonceurs adwords peuvent se positionner sur le nom d’une marque?
La tactique de Google serait :
1) Je vire tous les sites autre que la marque, qui récupéraient un trafic très important
2) Je leur laisse la possibilité de faire du adwords…

Pas bête!

Répondre

lesscomparateurs septembre 9, 2010 à 20:01

Effectivement cela semble fonctionner plus souvent pour les nom de domaine originaux (singuliers) et sans tiret. Je pense que l’ancienneté et l’absence de pénalité suffisent à provoquer ce traitement de faveur pour peu qu’il n’y ait pas de doute sur le site propriétaire de la marque ou du domaine…

Répondre

affairemax octobre 13, 2010 à 20:41

Salutations, je met en pratique tes conseils avec l’ancre de mon lien dans ce commentaire ;-)
Mais plus sérieusement pour les mots clés, si on veut se positionner sur des requêtes concurrentielles précises on se demande bien si le fait de mettre le nom de marque/société comme ancre va nous aider?
Tu penses que 20 liens avec « mots clés » contre 10 liens « mots clés + 10 liens « nom de marque/société » c’est mieux aux yeux de google et ça aide quand même pour le positionnement?

Répondre

propulsr novembre 8, 2010 à 10:37

Pour moi – si j’étais Google – je trouverai plus naturel que le ratio lien utilisant les mot-clés ou le ndd (ou marque) penche en faveur du second, non (surtout ou début)?

Répondre

Dorian janvier 18, 2011 à 07:02

C’est marrant parce que j’ai un site dont le nom de domaine contient le nom d’une marque, en toute illégalité, et j’ai bénéficié de ce traitement de faveur un moment, pourtant ça se voyait que c’était pas le site officiel.

Répondre

Franck | Papa Blogueur mars 11, 2011 à 14:08

Il faut que je travaille encore plus mon référencement sur Google, je n’ai que 8/10% de mes visiteurs qui viennent de ce moteur de recherche. Ou alors j’ai loupé quelque chose quelque part O_o

Répondre

lunettes octobre 4, 2011 à 06:43

Bonjour,

Pour moi parfois il arrive que les marque ne correspondent pas à ce qu’est le produit. Il reste donc plus important de se placer sur un mot-clef que sur une marque, car la personne qui tape le nom de la marque dans Google la connaît déjà, donc il n’y a pas de nécessité de faire connaître la marque.
Sinon les gens vont découvrir la marque en cherchant par mot-clef, j’en viens donc à la conclusion qu’il est plus important de bosser sur le placement de mot-clef dans les ancres.

Répondre

laurent février 28, 2012 à 13:30

Pour mon site les liens de site et les autres résultats sont presque identiques ou du moins dans la continuité.

Répondre

Laisser un commentaire